in

Heath Data phase 4: Orienter les ressources dans le secteur santé pour les années à venir

Présenter les réalisations de Vital Strategies (Data Impact- Program) et discuter des perspectives pour la durabilité des interventions, est l’objectif principal de la restitution des réalisations de la phase 4 organisée le 29 Mai 2023 à l’hôtel Star Land à Bastos.

La Phase 4 de l’initiative Data for Health est une reconnaissance importante des efforts et progrès réalisés par les pays membres au cours de la phase 3 de l’initiative. Elle a pour but d’appuyer les gouvernements à prendre des décisions éclairées en matière de santé publique, ceci à travers un renforcement de 02 composantes au Cameroun : l’enregistrement des faits d’état civil et l’établissement des statistiques de ceux-ci (ESEC), ainsi que l’utilisation des données pour la prise de décisions (DI).

Des problèmes de santé ont été passés en revue au travers des chiffres, tableaux et autres données, tous issus des enquêtes menées durant plusieurs mois par une cinquantaine de médecins et chercheurs, spécialistes de la santé publique au Cameroun avec l’accompagnement de Vital Energies et de nombreux partenaires. Les resultats des données présentées etaient celle de la Covid-19 au cancer, en passant par la santé maternelle et néonatale, les conséquences liées aux accidents de la voie publique, entre autres.

Ce sont quelques uns des sujets mis en évidence pour :” disséminer le contenu de ces livrables afin que les données ainsi rapportées soient effectivement exploitées, pour l’amélioration des interventions en faveur de la santé des populations”, a indiqué le Pr Louis Richard Njock, Secrétaire Général du Minsanté, qui présidait les travaux au nom du Ministre de la Santé Publique.

A titre de rappel, le programme DI fournit une assurance technique pour améliorer l’analyse, l’interprétation, la présentation et la dissémination des données dans le but de promouvoir l’utilisation des données dans la prise de décision et l’élaboration de politiques de santé publique. Aussi, il appui le renforcement des structures et systèmes d’utilisation des données des institutions, renforce les capacités techniques du personnel grâce à des formations et des parrainages, et/ou développe des produits de communication tels que des rapports de données de santé ou des outils numériques qui appuient la prise de décision.

Lancée au Cameroun le 18 janvier 2021, l’initiative Data for Health se propose donc d’apporter un appui à la prise de décision éclairée en santé publique, sur la base des statistiques fiables et des données probantes. Elle vise à renforcer la collecte et l’utilisation d’informations essentielles en matière de santé publique.

Au cours de sa prise de parole, M. Emmanuel Ngwakongnwi, conseiller technique à Vital Strategies, a rappelé que la restitution de cette phase 4 comme les phases précédentes permettra l’orientation prioritaire des ressources dans le secteur de la santé pour les années à venir. « Il est indispensable d’avoir les données qui encadrent telle ou telle pathologie, afin de savoir, quel type d’action mener pour y remédier ». Vital Stratégies, en tant que partenaire clé, se charge en priorité de la formation des professionnels de santé impliqués sur le terrain et l’accompagnement du Gouvernement camerounais dans la mise en place de certaines stratégies de riposte sur le plan sanitaire.

Au terme de cette journée d’activités marquée par la remise des certificats aux participants de cette phase 4, le Pr Njock a demandé aux uns et aux autres de “faire profiter à l’ensemble du système de santé des aptitudes qu ils ont acquises en matière d’analyse et interprétation des données et à l’élaboration des notes d’information stratégiques (policy brief) pour éclairer la prise de décision”.

Projet financé par Bloomberg Philanthropies et déployé au plan technique par Vital Strategies, l’initiative “Data for Health” regroupe le Ministère de la Santé Publique, le Bureau National de l’Etat Civil (Bunec) et l’Institut National des Statistiques (Ins). Il est mis en œuvre dans ses deux composantes, notamment, enregistrement et statistiques de l’état civil (Esec), et, utilisation des données Data Impact.

Dorice Bilounga /Celcom Minsante

Tribune de l'info

Écrit par Tribune de l'info

Media digital d'actualités

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

Qu'en pensez-vous ?

Visite du Medef au Mintp : voici l’essentiel à retenir

Route Ntui-Ndjole-Mankim : voici l’état des lieux