in

Communauté Urbaine de Yaoundé : le plan de campagne rectificatif et additionnel de l’exercice budgétaire 2024 adopté.

Issu d’un excédent budgétaire de 4 139 744 745 FCFA, dégagé du budget de l’exercice 2023, il a été approuvé par l’ensemble des grands Conseillés. C’était au cours de la session ordinaire du  conseil de communauté tenue le 17 avril 2024, dans la salle de délibération de la mairie  de la ville aux sept collines.

Redorer le blason  de la capitale politique camerounaise, tel est le principal challenge de la Communauté Urbaine de Yaoundé en 2024. Une tâche qui  bénéficie de l’engagement de l’édile de la ville et  qui devra prioritairement prendre en compte la réalisation des travaux d’intérêt général .

En présentant aux membres du conseil de communauté le plan de campagne rectificatif et additionnel de l’exercice budgétaire 2024, Luc Messi Atangana entendait s’inscrire dans la continuité des chantiers engagés,  depuis quelques mois  et dont,  les plus importants s’articulent autour de la réhabilitation et de l’aménagement des tronçons routiers : « les chantiers prioritaires pour la mairie de la ville , ce sont d’abord les travaux routiers.  il est question de réhabiliter un grand nombre de routes de la ville de Yaoundé,  qui pour certaines sont dégradées  du fait de leur durée de vie. Ce sont des routes qui remontent à 40 ans de vie pour certaines. Compte tenu de notre relief et de notre sol qui est un sol marécageux qui dégrade facilement les routes parce  qu’elles sont fragmentées par les infiltrations des eaux. Ces travaux sont en cours et s’achèvent pour certaines d’ici le 20 mai, les autres au cours du mois de juin. Au fur et à mesure que nous achèveront certains travaux d’autres seront ouverts dans les tous prochains jours. » a indiqué le maire de la ville,  Luc Messi Atangana.

De manière concrète, il sera question  pour la Communauté Urbaine, d’assurer les travaux et la maitrise d’œuvre des chantiers tels que : la  réhabilitation du tronçon de route <<Rue manguiers >>> zone Etoudi ;  la réhabilitation de certaines voiries de la ville (Mimboman Sapeurs Emombo Monté Essomba – Emombo II-Emombo 1 École public Kondengui-Emombo Carrefour Belibi) ; la réhabilitation des voies de contournements au Marché du Mfoundi (Entrée Camair – Entrée Pont de la gare); l’ aménagement d’une voie d’accès à Nsimeyong III au lieu-dit  Montée Église Holy God (zone Compagnie de Gendarmerie ;  la phase 2 du projet d’aménagement de la zone d’Olézoa Arboretum (Voiries, parkin ouvrages d’assainissement). La mairie de la ville assurera également,  la maîtrise d’ouvrage   et les travaux  de réhabilitation des tronçons de route Tronçon 1: Carrefour Biyem Assi-Carrefour Obili, Tronçon 2: Carrefour GP Melen Betsi Carrefour Mec ; la  construction d’un dalot de section double sur la rivière TSOMO et la réhabilitation du tronçon de route sur ladite zone ;  la construction du tronçon de route Direction Régionale Feicom Centre Enyegue Carrefour Mvogt  et la réhabilitation de l’axe  routier  MARIGOH MBOUA-TOTAL CAVEAU-PAKITA  etc.

Au-delà de la réalisation de ces chantiers routiers, le bateau conduit par Luc Messi Atangana s’activera dans des travaux parallèles notamment,  les études de réhabilitation de certains ouvrages d’assainissement da la Ville de Yaoundé (Ava Ndongo, Yaoundé 7. Parcours Vita) ; la construction des arrêts taxis dans la Ville de  Yaoundé ; la réhabilitation de la voie Carrefour Corniellet-Carrefour Mobil Essos ; la construction du bloc administratif, des toilettes et du vestiaire qui jouxtent le Monument PATRIOTE; l’extension du réseau d’éclairage public par lampadaires solaires interconnectés.

L’on note également, le  reboisement des plantations urbaines et la sécurisation des bas-fond marécageux ; l’acquisition du matériel d’entretien de voirie (engins de géni civil) ;  l’entretien courant de certaines voiries revêtues dans la Ville de Yaoundé.

Si le bouchages des nids de poule représente une tâche  continue, il convient de noter le coût très élevé de ces travaux,  qui rencontrent l’épineux problème de la longueur des procédures relatives à la disponibilité des ressources : « Il y a le problème des  procédures qui sont longues, les conseillers ont relevé  un faible taux de consommation du crédit d’investissement à cause du temps passé  dans la validation des procédures au niveau du minmap. Il y a également manque de liquidités  où le déblocage des liquidités n’est pas automatique au niveau des services financiers. Certains operateurs sont hésitants » a décrié l’édile de la ville avant de souligner que  « tout est mis en oeuvre pour que Yaoundé change de physionomie d’ici octobre 2024 ».

Oscar Abessolo

Tribune de l'info

Écrit par Tribune de l'info

Media digital d'actualités

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

Qu'en pensez-vous ?

Réhabilitation de la route Mbalmayo-Sangmélima : avancées considérables des travaux sur les lot 1 et 2.

Ministère Mont Horeb : une croisade de 70 jours de prière bientôt lancée.