in

Projet “think differently”: Carla Joyce AKOA couronne les enfants autistes à Yaoundé

La Miss Mbam’art 2022-2024, a redonné du sourire à plusieurs enfants autistes regroupés par les bons soins de l’Association La Maison Bleue de Julien. C’était le 20 avril 2024, autour d’un atelier récréatif à eux dédiés. Un coup de maître, qui s’est soldé par la remise de présents constitués de jouets, de matériels didactiques et de denrée alimentaires.

Ayant vécue de très près avec son petit cousin atteint d’autisme, Carla Joyce AKOA a décidé aujourd’hui d’en faire son principal cheval de bataille. « J’ai eu un cas d’autisme dans ma famille qui a chamboulé ma perception. Je me suis posé mille et une question : ça vient d’où ? Ça va où ? Il s’agissait de mon petit cousin, l’enfant d’une tante à moi », s’est interrogée la jeune Miss Mbam’art. Elle se rappelle alors du regard moqueur des uns, mais aussi, des paroles choquantes des autres sur son petit frère passé d’homme à part entière, à personne entièrement à part. Un déclic, le début d’un combat.

Ce 20 avril 2024, les enfants autistes de La Maison Bleue de Julien, ont montré leur savoir, leur savoir-faire et leur saveur être. Julien est un adolescent âgé de 18 ans, et atteint de se trouble. Il a  réussi à retrouver une vie «normale» ou presque, car selon des informations reçues sur place, il est sur le point de se mettre en couple et prétendre à une vie comme les autres. Appuyer cet élan, c’est tout le bien fondé de l’initiative qui rassemble ce beau monde, en cet après midi. Selon Carla Joyce AKOA, « nous voulons faire comprendre à l’opinion que l’autisme n’est pas la maladie de la sorcellerie ». D’avis d’expert, ils possèdent une intelligence quoiqu’ils voient la vie sous un autre angle. L’atelier récréatif du jour, a en effet mis en exergue leur talent de cuisinier autour des crêpes, de sérigraphe et adresse devant le jeu de fléchettes. « Cet atelier a deux grandes fonctionnalités. La première c’est le divertissement pour permettre aux enfants de s’épanouir et de communier autour d’un certain nombre d’activités. A côté de cela, c’est l’occasion de montrer que ces enfants peuvent réaliser beaucoup de choses. La deuxième est la didactique », a expliqué Jean Pierre BELL, éducateur spécialisé.

L’autisme est un handicap dont les manifestations sont décrites sous l’intitulé de Trouble du Spectre de l’Autisme (TSA), c’est un trouble neuro-développemental. Les premiers signes sont perceptibles avant l’âge de 3 ans. Ces symptômes sont dus à un dysfonctionnement cérébral. Les personnes autistes perçoivent ainsi le monde d’une façon différente par rapport à une personne dite neurotypique. Actuellement, il n’existe aucun traitement médicamenteux pour l’autisme. Le handicap est donc présent toute la vie, y compris à l’âge adulte. Mais il existe des approches éducatives, comportementales et développementales qui agissent sur les symptômes. Les interventions spécialisées et individualisées ont pour objectif de permettre à l’enfant de faire des progrès.

La première étape est d’engager une démarche diagnostique auprès d’une équipe spécialisée. La démarche diagnostique peut être longue, mais les interventions peuvent démarrer dès le repérage, elles s’affineront avec les données du diagnostic.

Réactions

Jean Pierre BELL, éducateur spécialisé.

« Cet atelier a deux grandes fonctionnalités »

Cet atelier a deux grandes fonctionnalités. La première c’est le divertissement pour permettre aux enfants de s’épanouir et de communier autour d’un certain nombre d’activités. A côté de cela, c’est l’occasion de montrer que ces enfants peuvent réaliser beaucoup de choses. La deuxième est la didactique. On a un atelier restauration, où ils sont en train de préparer des crêpes. Ils démontrent que chacun parmi eux peut participer à son niveau comme une personne dite normale. Sur le spectre de l’autisme, les enfants sont très différents de la même manière que les personnes ordinaires. Ils peuvent présenter des difficultés du même ordre mais peut-être pas de même intensité.

Carla Joyce AKOA, Miss Mbam’art

« Nous voulons éliminer les préjugés »

L’objectif c’est de mettre en avant le projet intitulé think differently, qui va venir sensibiliser sur la cause, édifier, éduquer les masses. Nous voulons éliminer les préjugés de la cause. De façon simple, nous voulons faire comprendre à l’opinion que l’autisme n’est pas la maladie de la sorcellerie. Ces enfants sont très intelligents et nous sommes là pour développer leur côté sensoriel. La suite de notre programme prévoit un meet and great qui n’est pas encore totalement peaufiné, nous allons réglé et boucler, puis nous allons communiquer au moment opportun.

Lavoisier Essama

.

Tribune de l'info

Écrit par Tribune de l'info

Media digital d'actualités

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

Qu'en pensez-vous ?

Mount Horeb Ministry: A 70-day prayer crusade launched.

Association culturelle et de développement Great Soppo: Absolom Monono Woloa Mobilise les fils et les filles de la Communauté pour la construction de la salle communautaire polyvalente.